GUEVARA, Antonio de. L’Horloge des Princes, œuvre de tres excellente & admirable doctrine, pour les graves sentences, & rares hystoires, qui y sont contenues… Paris, Estienne Groulleau, 1552.

4.600 

In-8° (170 x 100 mm.) de 1 f. bl., [24]-423 p. et 1 f. bl., veau marron, encadrement  de roulette à froid autour des plats avec un décor personnifiant la foi, la charité, l’espérance et la justice, figurant au centre, sur le premier Adam et Ève sertis des initiales WH et de la date de 1561 et, sur le second, l’enfant Jésus, Sauveur du monde sertis d’un fer de glands aux angles, dos à nerfs, tranches muettes, traces de lacets (reliure de l’époque).

In stock

SKU: 2-5-Guevara Category: Tag: Product ID: 2386

Description

Très rare édition française de cet important roman utopique.

Cette œuvre largement diffusée a obtenu un très vif succès dans l’Europe du XVIe siècle. Elle fut de nombreuses fois rééditée. La présente édition dédiée au roi Henri II compte parmi les premières éditions en français de ce texte de grand intérêt. Elle a été traduite de l’espagnol par René Berthault de La Grise († 1534), attaché à la cour de la reine Marguerite de Navarre et archevêque de Toulouse.

Dans l’Horloge des princes, l’auteur trace la vie du prince le plus parfait de l’Antiquité, pour l’offrir en modèle à l’empereur Charles-Quint. Citons une pertinente analyse de l’œuvre :

« En ce qui concerne les récits utopiques qui refont le trajet vers l’Orient, à travers les Indes fabuleuses, le texte le plus ancien et le plus emblématique pour le transfert de la matière médiévale dans l’utopie est le Relox de príncipes du franciscain Antonio de Guevara. Publié en 1532, cet Horloge des princes rend visible le trait d’union manquant entre les voyages du Moyen Age et les utopies, union que Thomas More avait effacée, créant l’impression de nouveauté absolue. Aux chapitres 32-34, Antonio de Guevara reprend un épisode du roman médiéval d’Alexandre (la rencontre du roi macédonien avec les brahmanes), pour en faire un exemple moral à l’intention des princes de son époque. […]. Devançant la politique du Concile de Trente, il prêche aux princes le « memento mori » et le « contemptus mundi » en tant que remèdes à l’enthousiasme de la Renaissance. Par la dévaluation des idéaux de ce monde, de l’orgueil, de la vanité, du pouvoir, etc., l’apprenti-monarque lisant l’Horloge des princes était exhorté à se convertir en « príncipe prudente », comme dira Calderón de la Barca » (op. cit., 2006).

Son auteur, Antonio de Guevara (1481-1545), naît dans la province de Santander. Il reçoit très tôt une formation à la vie de courtisan. Vers 1506, il entre chez les Franciscains puis devient prêtre. Nommé prédicateur royal, Guevara deviendra commissaire de l’Inquisition à Valence. En 1526, il est historiographe impérial, puis consulteur du Saint Office. En 1529, le franciscain est fait évêque de Cadix et, en 1536, de Mondoñedo.

Précieux exemplaire à bonnes marges, conservé dans une magnifique reliure en veau estampée à froid. Frappée des initiales de son premier possesseur et datée 1561, son intéressant décor germanique, sur lequel subsiste des traces de dorure, n’a pas été répertorié par K. Haebler. Il est en parfait état de conservation.

Cette édition n’est répertoriée ni par Brunet, ni par Graesse, Adams, Palau ou STC.

Provenance : Wilhelm Hartung, ex-dono manuscrit daté 1561 au contreplat, chiffre manuscrit au titre et sur le premier plat de la reliure ; Joannes Christophori Rheiner, ex-libris manuscrit au titre.)

Losada-Goya, n° 234 ; L. Karl, « Note sur la fortune des œuvres de Guevara à l’étranger », in Bulletin hispanique, 1933, n° 35, p. 32-50 ; E. Grey, Guevara, a forgotten Renaissance author, La Haye, 1973 ; J. R. Jones, Antonio  de Guevara, Boston, 1975 ; A. Dedondo, Antonio de Guevara (1480-1545) et l’Espagne de son temps, de la carrière officielle aux œuvres politico-morales, Genève, 1976 ; P. Concejo, Antonio de Guevara, un ensayista del siglo XVI, Madrid, 1985 ;  P. D. Fernández (éd.), Fray Antonio de Guevara e a cultura do Renacemento en Galicia, Lugo, 1993-1994 ;  H. C. Rivero, The Rise of Pseudo-historical Fiction : Fray Antonio de Guevara’s Novelizations, New York, 2004 ; C. Braga, La quête manquée de l’Avalon occidentale. Le Paradis interdit au Moyen Âge, 2, Paris, 2006, p. 240-300.

Additional information

Période

16ᵉ siècle

Thèmes

Littérature, poésie

Caractéristiques

Belles reliures, Livres rares et précieux, Provenances

Langues

Français