HUGO, Victor. Odes et poésies diverses… Nouvelles odes… Odes et ballades.

5.200 

Paris, chez Pélicier, place du Palais-Royal n° 243 ; chez Ladvocat, 1822, 1824, 1826. 3 volumes in-18 (147 x 100 mm.) de 2 ff. n. ch., [IV]-234 p. ; XXVIII-232 p. ; XX p., 1 f. n. ch., 238 p., maroquin violet à grains longs, double encadrement de filets dorés avec roulette à froid autour des plats, grand fer à froid central, dos à nerfs ornés de filets dorés avec petit fer à  froid répété, roulette dorée intérieure, coupe guillochées, couvertures conservées, tranches dorées (Gruel).

In stock

SKU: 3-20-Hugo Category: Tag: Product ID: 2310

Description

Très rares éditions originales des trois premiers recueils poétiques d’Hugo.

Des poèmes ici groupés s’exhale le charme de la jeunesse. La circonstance est restée fameuse du jeune Victor Hugo (1802-1885) déposant à la sauvette 334 vers à l’huissier pour le concours de 1817 de l’Académie française.

À la lecture des deux derniers : « Moi qui, toujours fuyant les cités et les cours / De trois lustres à peine ai vu finir le cours », le jury, éberlué, ne peut y croire : trois lustres ne font que quinze ans… Cinq ans plus tard, à vingt ans, Hugo publie Odes et Poésies diverses, son premier recueil. En novembre 1822, un entrefilet des Débats annonce que le tirage est bientôt épuisé… Suivent les Nouvelles Odes en 1824, puis Odes et Ballades en 1826, en faveur desquelles Sainte-Beuve écrit ardemment dans le Globe de janvier 1827.

D’inspiration monarchiste et catholique, ces premières œuvres lui valent une pension du roi Louis XVIII, à la demande de la duchesse de Berry. Le roi Charles X, en 1825, fera chevalier de la Légion d’Honneur un poète de vingt-trois ans. Bien plus tard, en 1853, alors que ses idées politiques ont radicalement évolué, Hugo dira ne pas craindre le tort de la réédition en cours de ces écrits royalistes.

Dans les préfaces de ces recueils Hugo développe sa doctrine poétique. Ainsi, en 1822, il y affirme : « la poésie, c’est ce qu’il y a d’intime dans tout » : aucun domaine ne lui est désormais étranger, on distingue bien là la perspective humaniste qui deviendra celle du poète et qui lui fait écrire en 1824 : « le poète doit marcher devant les peuples comme une lumière et leur montrer le chemin » ; en 1826, « le poète ne doit avoir qu’un modèle, la nature ; qu’un guide, la vérité. Il ne doit pas écrire avec ce qui a été écrit, mais avec son cœur et son âme » : il faut résolument proscrire la sacro-sainte imitation des Anciens. Ces Odes et ces Ballades sont déjà parfois animées d’un souffle épique, annonciateur…

Les Odes convoquent des thèmes religieux, des figures antiques, de graves événements contemporains, tandis que les Ballades, de l’aveu d’Hugo, déroulent des « tableaux, rêves, scènes, récits, légendes superstitieuses, traditions populaires, chants de troubadours ».

Dans les Odes, la personnalité du poète n’émerge pas encore vraiment, mais il est passionnant de voir comment les influences conjuguées des poètes du XVIIIe siècle, de Chateaubriand et de Lamartine opèrent en ce versificateur de vingt ans qui tente d’exister dans la littérature. Peu d’innovations, certes, une langue souvent conventionnelle, peu d’originalité par le fond. Cependant, par la forme, dans les Ballades surtout, se manifeste une rare virtuosité. Le jeune Victor détient déjà tous les secrets du métier ; le vocabulaire est ample ; les images scintillent ; de surprenantes acrobaties entraînent la versification dans leurs audaces rimées et rythmiques.

Extrait d’une ballade, La Chasse du Burgrave :

« Daigne protéger notre chasse,

Châsse

De Monseigneur Saint Godefroi

Roi ! »

 

Extrait d’une ode, Le Génie :

« Malheur à l’enfant de la terre

Qui, dans le monde injuste et vain,

Porte en son âme solitaire »

Un rayon de l’esprit divin!

 

et d’une autre ballade, La Légende de la Nonne :           

« Elle prit le voile à Tolède

Au grand soupir des gens du lieu,

Comme si, quand on n’est pas laide

On avait droit d’épouser Dieu »

 

Un frontispice intitulé Le sylphe gravé par A. Godefroy d’après Devéria au tome II ; un frontispice intitulé Les deux îles gravé par Charles Mauduit d’après le même au tome III.

Exceptionnel exemplaire réunissant les trois premiers recueils poétiques de Victor Hugo. Paré de fines reliures uniformes en maroquin violet de Léon Gruel (1840-1923) dans le goût romantique, il est bien complet de toutes ses couvertures.

Au-delà de la grande rareté de ces trois éditions, leur réunion reste très peu courante. Relié ici par le grand maître relieur de la fin du XIXe siècle, Gruel, cet exemplaire se trouve ici dans l’une des conditions les plus désirables.

Provenance : Léon Séché (1848-1914), d’après une note manuscrite insérée au début du tome 1.

Homme de lettres, Séché était spécialiste de la Pléiade et de la littérature romantique. C’est vraisemblablement lui qui fit relier une note manuscrite placée en tête du tome 3. En 1906, il publie au Mercure de France, Victor Hugo et les Poètes : I. Le Cénacle de Joseph Delorme, suivi d’un second volume quatre ans plus tard.

An outstanding copy of the very rare first editions of the first three collections of Hugo’s poems in a handsome binding by Léon Gruel. Very scarcely found together.

Vicaire, III, 229-230 ; Carteret, I, 389 ; Asselineau, p. 4 ; M. Escoffier, Le mouvement romantique (1788-1850), Paris, 1934, p. 108-109 ; É. Bertin, Chronologie des livres… Alfortville, 2013, n° 13, 17 et 23 ; L. Obadia, Sorcellerie, n° 1770 ; B. Degout, Le sablier retourné : Victor Hugo (1816-1824) et le débat sur le Romantisme, Paris, 1998, p. 357, 571 et 595 ; C. Gély, Victor Hugo : poète de l’intimité, Paris, 1969, p. 197 ; P. Flottes, L’éveil de Victor Hugo (1802-1822), Paris, 1957, p. 285 ; G. Venzac, Les origines religieuses de Victor Hugo, Paris, 1955, vol. 2, p. 46 et suiv. ; B. Guyon, La vocation poétique de Victor Hugo : essai sur la signification spirituelle des Odes et Ballades, Paris, 1954, p. 58 ; [Maison de Victor Hugo. Exposition], Enfance et jeunesse de Victor Hugo, Paris, 1952, p. 102 ; F. Gregh, L’œuvre de Victor Hugo, Paris, 1933, p. 45 ; P. Dubois, Victor Hugo : ses idées religieuses de 1802 à 1825, Paris, 1913 ; E. Biré, Victor Hugo avant 1830, Paris, 1902.

Additional information

Période

19ᵉ siècle

Thèmes

Littérature, poésie

Caractéristiques

Belles reliures, Éditions originales, Livres rares et précieux, Provenances

Langues

Français